Journée T5 organisée par Thorgal

Journée T5 organisée par Thorgal

Quelle journée !!!

Je trépigne d’impatience depuis que j’ai reçu une invitation de Thorgal, il y a quelques semaines, pour participer à une séance exceptionnelle de T5 gâtinaises : « Concordia », « Artouste » et –last one but not least- « Entre Le Palas et Balaîtous ».

A tel point que ce matin je suis réveillé vers 5h30. Un dimanche matin, et pour un rendez-vous à 11h à une heure de chez moi, c’est tout de même un peu tôt…

Qu’à cela ne tienne, je pars d’Olivet à 7h, cela me permettra de chercher quelques caches du côté de Paucourt en attendant l’heure du rendez-vous.

1- Concordia

10h45 – Je reviens de la cache voisine « Le Puits de l’abîme »  faite en attendant. Je pense trouver les premiers, mais non, personne…

11h00 – Toujours personne… On m’aurait fait une blague ???

11h02 – Ah, Manu arrive avec les Elgybe au complet. La fête peut commencer !

11h15 – Manu a passé la cordelette du premier coup, mais sur une branche juste au dessous. On se dit qu’on repassera une corde sur la branche supérieure depuis là-haut.

11h20 – Alors que la corde est en place, on voit les shanateam arriver avec tout un barda, dont un bigshot fait maison. « Avec ça, j’te la passe en moins de deux ! » (c’était pas ça mais pas loin 😎  )

11h40 – Les bulots arrivent (pas en courant, pour une fois). Tiens, déjà levés ?  8D

12h00 – Après avoir tenté 25 tirs au bigshot d’Eric, dont un qui a emballé l’arbre entier, après que Daniel eût perdu 14 plombs et cassé autant de fois son fil de pêche, et après je ne sais combien d’autres tentatives des uns et des autres avec des accessoires aussi divers que variés, on se remet sur la branche où Manu avait passé sa première corde. (Souvenez-vous, du premier coup, Messieurs !)

Concordia
Le maître des lieux montre l’exemple.

Finalement, Je retiendrai davantage de cette cache les préparatifs, qui nous ont bien fait marrer, que la montée en elle-même qui se fait bien, même si j’ai l’impression au départ de ne pas tellement avancer… Merci la semi-statique !!

Première de la série, premier favori. Ça c’est fait, merci Manu !

2- Artouste

Pendant que les copains continuent de grimper sur Concordia, Thor-gal, elgybe et moi venons installer Artouste. C’est comme à la DDE : Un qui bosse un qui regarde et un qui prend la photo !

Bon, Manu est mauvais sur ce coup, il lui faudra un deuxième essai. Pfff, pas son jour…

Une fois le matériel en place, nous y grimpons tous les deux avant d’aller chercher les copains.

Et quand tout le monde est là, on installe le pique-nique pendant que les grimpeurs se suivent. Même Madame Lasher grimpe comme une chef ! Alors là moi je dis : « Chapeau bas, Monique ! »

Encore plus haut !
Encore plus haut !

Deuxième grimpette de la série, encore plus haute à mon avis que Concordia. Et deuxième favori, bien sûr, merci Manu !

3 – Entre Le Palas et Balaîtous

Quand le groupe arrive sur les lieux, je lève la tête et aperçois la boîte… dans le ciel ! « Mais comment qu’on fait ??? » On distingue à peine le fil d’acier qui la maintient aux arbres ! La boîte pendouille au milieu de nulle part, à 15 mètre du sol…

Manu nous explique le topo et hop, maketlonea et Lezard45 montent en parallèle pour positionner la deuxième corde de sécurité… « des fois que le câble en acier de 8mm ne suffirait pas » (tu pensais à qui, là ?)

Mine de rien, la mise en place de tout le matériel prendra à nos deux pros plus d’une heure. Ils ont le physique, quand même ! Et dire que Manu avait déjà fixé le câble… C’est vraiment une cache de tarés !

Elle est là, au milieu... Si si, le petit point noir dans le ciel !!
Elle est là, au milieu… Si si, le petit point noir dans le ciel !!

Cette fois je passe en dernier. J’ai bien rigolé quand Eric nous a fait son show, mais là je n’en mène pas large… Surtout là-haut quand il faut se vacher, se détacher, se rattacher, se contorsionner…, puis se lancer !

J’arrive juste au niveau de la boîte (question d’habitude…). Un petit log sans oublier de remettre le bouchon et c’est reparti jusqu’à Manu qui assure la sécurité (et le soutien moral) depuis l’autre arbre.

La descente est plus sereine puisqu’on nous assure du bas. Comme dans un fauteuil !

A l’arrivée je suis en nage (depuis le haut de la montée, d’ailleurs), je suis un peu lessivé, mais j’ai la banane jusqu’aux oreilles.

Merci Manu pour cette cache vraiment unique. Un favori ? Je sais pas…

C’est une de ces journées qui restent gravées très longtemps dans la mémoire : Un programme et une organisation au cordeau, une ambiance et une convivialité exceptionnelles avec des discussions enflammées, des conseils de pros et de grosses rigolades, un pique-nique royal où même le champagne et le punch sont de la partie (et de la tarte aux figues !), et trois épreuves physiques dont la difficulté va crescendo. Ce soir, je me couche bien fatigué, mais pas peu fier et surtout très heureux… Un grand merci à toi, Manu, j’ai vraiment passé une journée formidable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *